Hirondelles

Présentation d’un oiseau migrateur emblématique:

L’HIRONDELLE

Quelles sont les espèces concernées ?

Les hirundinidés sont une famille de passereaux qui regroupe l’ensemble des espèces d’hirondelle de la planète. Actuellement, cette famille compte 88 espèces qui se répartissent sur l’ensemble de la planète, à l’exception de l’Antarctique. En France métropolitaine, cinq espèces de la famille des hirundinidés peuvent être observées : l’hirondelle de fenêtre (Delichon urbica), l’hirondelle rustique (Hirundo rustica), l’hirondelle de rivage (Riparia riparia), l’hirondelle de rochers (Ptyonoprogne rupestris) et l’hirondelle rousseline (Cecropis daurica). On peut également préciser que les espèces de martinets présents sur le territoire français (Martinet noir, Martinet pâle, Martinet à ventre blanc) n’appartiennent pas à la famille des hirundinidés et ce, malgré la forte ressemblance physique avec les espèces d’hirondelle.

Parmi ces 5 espèces d’hirondelles, deux d’entre elles cohabitent étroitement avec l’homme : l’hirondelle de fenêtre et l’hirondelle rustique. L’identification de ces espèces peut paraître relativement simple pour un observateur expérimenté, mais peut devenir rapidement source d’erreur pour un individu lambda, notamment en ce qui concerne la distinction entre hirondelle et martinet. Voici donc un tableau qui regroupe les principales différences entre les trois espèces les plus communes dans les zones anthropisées :

L’Hirondelle rustique

l’Hirondelle des fenêtres

 Hirondelle de fenêtreHirondelle rustiqueMartinet noir
Taille moyenne14cm18cm17cm
Envergure26 à 29cm32 à 34cm42 à 48cm
Poids15 à 21g16 à 25g38 à 45g
Longévité15 ans16 ans21 ans
Critères d’identificationDessus noir (sauf croupion blanc)Dessous blancGorge rouge briqueQueue très fourchue (+ 2 longs filets)Entièrement noirQueue courte (+échancrée)
Localisation du nidExtérieur des bâtimentsIntérieur des bâtimentsDans les toitures + anfractuosités
Forme du nidBoule avec hublotBol ouvertCoupelle
Période d’observation (cf : migration)Avril-SeptembreMars-SeptembreMars-Août

Le Martinet noir

Les principales menaces pour l’espèce

Depuis la fin des années 1980, la mise en place d’inventaires réguliers ont permis d’observer un déclin important des populations d’hirondelle sur le territoire français. En effet, certains programmes (ex : Programme STOC) sont parvenus à évaluer cette diminution à 21% pour l’hirondelle de fenêtre et à 34% pour l’hirondelle rustique. Or, l’hirondelle joue un rôle essentiel dans le maintien de l’équilibre des écosystèmes, en permettant notamment la régulation des populations d’insectes.  Cette régulation est à l’origine de nombreux avantages comme le fait de limiter la propagation d’insectes ravageurs dans les cultures (= avantage économique), de limiter l’utilisation de produits phytosanitaires (= avantage écologique + santé) ou encore de limiter la propagation d’insectes « nuisibles » pour l’homme comme la mouche ou le moustique. Concernant le déclin, celui-ci est le résultat d’un grand nombre de menaces, naturelles et/ou anthropiques, qui impactent plus ou moins directement les populations. Parmi les menaces naturelles, on peut citer le phénomène de prédation ou encore les différents aléas climatiques présents sur les voies de migration. Concernant les menaces anthropiques, on peut citer la diminution des ressources alimentaires (cf : plancton aérien) en raison de l’utilisation de produits phytosanitaires, de la modification des paysages (suppression des haies, disparition des zones humides…) ou encore du changement climatique. Ensuite, on peut également citer le problème de l’évolution des formes architecturales qui provoquent la raréfaction des sites de nidification, par la condamnation des ouvertures au niveau des bâtiments ou encore la disparition des supports favorables à l’installation des hirondelles. Pour finir, on peut parler de l’évolution des mentalités où les citoyens tolèrent de moins en moins la cohabitation avec l’oiseau (raisons esthétiques, dégâts occasionnés…) et se permettent de détruire les nids malgré l’interdiction juridique. Ces nids sont également de plus en plus menacés par les travaux de réhabilitation où les règles vis-à-vis de l’espèce sont souvent méconnues ou volontairement ignorées.

Statut juridique en France

Actuellement, l’ensemble des espèces d’hirondelle bénéficient d’un statut juridique qui fait d’elles des oiseaux protégés (Article L411-1 du Code de l’environnement).Ce statut de protection signifie qu’il est strictement interdit, sur l’ensemble du territoire français et durant toute l’année civile, de porter atteinte aux individus par des actions de destruction, de mutilation, de capture, d’enlèvement, de perturbation intentionnelle et de naturalisation. Ces individus, qu’ils soient vivants ou morts, ne doivent en aucun cas être transportés, colportés, détenus, mis en vente, vendus ou achetés. En ce qui concerne leurs couvées, il est strictement interdit de les détruire ou de les enlever de manière intentionnelle. Pour finir, il est également interdit de détruire, d’altérer et de dégrader l’ensemble des sites de reproduction et des aires de repos des individus.

Dans le cas où un individu enfreindrait ses règles, il s’exposerait à une amende pouvant aller jusqu’à 15000euros et/ou une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 1an (Article L 415-3 du Code de l’environnement).

Comment agir en faveur de l’espèce ?

Chaque particulier à la possibilité de participer au maintien des populations d’hirondelle, par la mise en place de petits aménagements. Voici quelques exemples d’aménagements qui peuvent être mis en place dans le cadre de la préservation de l’espèce :

  • Installation de nids artificiels (+ planches anti-fientes)
  • Création et/ou maintien des accès permanents aux bâtiments
  • Mise à disposition de bacs à boue
  • Diminution/Suppression des produits phytosanitaires
  • Maintien de portions « sauvages » dans les jardins
  • Création de zones humides (mares, roselières…)

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à nous contacter :

  • Adresse mail :president@asso-torcol.fr
  • Téléphone : 06-73-36-26-11

Bilan de l’action « Pas de printemps sans hirondelles »

Cliquez sur le lien ci-dessous pour découvrir les résultats dans les différentes communes recensées :

Tableau Comptage des hirondelles ANNÉE 2017

Novéant sur Moselle

Le 6 juin 2016, le Parc Naturel Régional de Lorraine est venu présenter aux habitants de Novéant sur Moselle sa nouvelle campagne intitulée « Pas de printemps sans hirondelles ». Le but de ce projet est de pouvoir établir un suivi des populations d’hirondelles à l’aide d’un recensement des nids dans les communes ayant accepté de participer. Une vingtaine d’habitants de Novéant et des alentours sont venus assister à cette conférence, co-animée par Christian GASTON, président de l’association TORCOL. A la fin de la réunion, ce dernier a proposé de réaliser le comptage dans la commune de Novéant le 15 juin.

Le 15 juin, un groupe de 15 personnes, composé d’adhérents de TORCOL et d’habitants des villages, s’est réuni pour compter les nids d’hirondelles de fenêtre, d’hirondelles rustiques et de martinets dans l’ensemble du village de Novéant sur Moselle. L’assemblée a été divisée en 2 groupes, pour plus d’efficacité.

Deux heures plus tard, c’est l’heure du bilan. Au total : 128 nids ont été comptabilisé sur la commune, dont 40 en bon état, 76 détruits et seulement 12 occupés. La majorité des nids sont situés sur de vieux bâtiments, surtout des maisons. Un habitant de la commune nous a ouvert sa grange où nous avons pu observer une vingtaine de nids, dont 4 voire 5 nids occupés.

Cette opération doit être renouvelée tous les ans pour établir un suivi de la population à long terme, et constater la diminution ou non du nombre d’hirondelles ou encore leur répartition dans les communes.